soccer dropping odds footballdroppingodds.com dropping odds movements

Ignite: un exercice très cadré de prise de parole (Part 2)

Ignite: un exercice très cadré de prise de parole (Part 2)

Ignite: en effet, un exercice très cadré de prise de parole !
Voici pour commencer l’ignite que j’ai présenté lors de DEVOXX France 2016 :
« Quand Moulinex (et d’autres…) libèrent la femme« 

Capture d’écran 2016-06-09 à 21.42.13

Comme on l’a vu dans la première partie de ce sujet, le format de l’ignite est spécifique. 20 diapositives de 15 secondes chacune et surtout en déroulement continu et automatisé.
Puisque l’on n’a aucune prise sur le temps de présence à l’écran d’une image, il faut avoir bien calibré également le commentaire qui est illustré par cette image.

Pour avoir discuté avec plusieurs présentateurs d’ignite, il est apparu que le plus simple était comme pour toute présentation, conférence ou formation, de commencer par établir un plan.
Un plan tout d’abord grossier, pas nécessairement découpé en 20 parties, suivi d’une première recherche d’illustrations, que ce soit des photos, des symboles, du texte. Préférentiellement des photos ou des symboles, voire des minis animations ou extraits de films, puisqu’en 15 secondes le public n’a pas le temps à la fois de lire ce qui est projeté et s’intéresser aux propos du présentateur. Il est bien entendu possible de projeter du texte et le lire, mais dans ce cas, ça ne sera pas très vivant; or l’ignite signifie je le rappelle « mettre le feu »… il faut que ça bouge !
Après ce premier travail, retour au plan pour cette fois rédiger tout ce que l’on aurait envie de raconter sur le sujet.
Une fois cette partie terminée, on la découpe en 20 morceaux. Une introduction, une présentation de soi éventuellement, une conclusion et le corps de la présentation pour les 17 ou 18 slides restants.
C’est après ce découpage que l’on repart dans le choix des illustrations et que l’on en sélectionne le nombre juste.
20 slides, 20 parties de commentaire, il va falloir que le commentaire de chaque slide tienne en 15 secondes.
Pour être compréhensible du public, il ne faut pas dépasser les 170 mots à la minute (ce qui correspond au débit d’un reporter présentant son sujet lors d’un journal télévisé). Tenir 5 minutes à ce rythme n’est pas aisé. On va privilégier, pour garder un débit constant, 150 mots maximum à la minute. Cela revient à dire que par slide, on dispose de 35 mots environ.
Une fois le texte retravaillé à raison de 35 mots environ par slide, la répétition commence.
Pas une répétition « dans la tête » ou à voix basse, non, une répétition grandeur nature, avec défilement automatique des images et prise de parole réelle.
C’est de cette façon que l’on calibrera au mieux son temps de parole.
Si, par exemple, sur le slide numéro 4 on parle 18 secondes au lieu de 15 – c’est à dire qu’à l’écran le slide 5 est affiché depuis 3 secondes lorsque l’on termine d’expliquer le slide 4- le fait d’avoir répété et savoir que pour le slide 5 on ne parlera que 12 secondes permet de garder un rythme constant et ne pas se stresser (au risque en cas de stress d’emmêler les idées et les paroles !)
Inutile d’apprendre le texte par coeur à la manière d’une poésie de cours élémentaire, c’est la répétition qui est utile; A force de dire, redire et dire de nouveau les mots en les associant aux images, la mémorisation se fait tout naturellement. Et certains termes évoluent d’eux-mêmes. 

L’ignite est un exercice amusant et je ne peux que vous inviter à en présenter un si vous en avez l’occasion.
Pour le plaisir, un autre ignite présenté à DEVOXX France 2016 parlant d’une « méthode » pour purger son stress grâce au VVT

Capture d’écran 2016-06-09 à 21.48.30

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*